Arbres du Mont Beuvray

De Wiki58
PAGE EN CONSTRUCTION
Alisier blanc.jpg

Alisier blanc (Sorbus aria)
Cet arbre, aussi connu sous le nom de « sorbier des Alpes » ou d’ « allouchier », peut atteindre 5 à 10 mètres de hauteur. Ses jeunes branches sont d’abord blanches et feutrées puis se dénudent. Ses feuilles caduques, cunéiformes, ovales et doublement dentelées sont presque sphériques avec une face intérieure très feutrée et blanchâtre. L’alisier blanc fleuri de mai à juin en formant de petites fleurs. Ses fruits, les alises, sont globuleux, de couleur rouge orangé et leur pulpe est farineuse. Ils sont comestibles et peuvent être utilisés en confitures ou, après fermentation et distillation, en eau de vie.
Son bois dur et dense est apprécié en décoration et sert aussi à la fabrication de manches d'outils.

Aulne glutineux.jpg

Aulne glutineux (Alnus glutinosa)
C’est un arbre qui atteint une hauteur de 15 à 20 mètres. Il porte également le nom de « verne », « vergne », « aulne poisseux » ou « aune ». Il présente un port souvent pyramidal avec de nombreuses ramifications régulières et étagées. Son écorce relativemen lisse s’écaille avec l’âge. Ses feuilles caduques ont un contact poisseux et présentent une couleur vert sombre au-dessus et plus claire en dessous. Elles sont grossièrement ovales et échancrées au sommet. Au début du printemps, des chatons femelles, courts, dressés et grisâtres apparaissent, et, sur les mêmes rameaux, des chatons mâles longuement pendants, de coloris ocre-brun. Ses bourgeons, de couleur violette, en forme de massue sont pédicellés et poisseux, surtout en hiver. Ses fruits verts mûrissent en été.
Son bois, relativement léger et homogène, est durable quand il est immergé, d'où son utilisation dans des constructions en contact avec l'eau.

Bouleau verruqueux.jpg

Bouleau verruqueux (Betula pendula)
Arbre majestueux aussi appelé « bouleau blanc », « boulard », « bois à balais ». Cet arbre présente une écorce blanc argenté et peut atteindre 20 à 30 mètres de hauteur. La silhouette de cette espèce est aérée, avec, aux extrémités, des rameaux retombants. L'écorce de son tronc se détache en larges plaques. Ses feuilles caduques sont alternes, brillantes, glabres et dentées sur les bords, avec un limbe triangulaire très effilé au sommet. Ses fruits sont des cônes allongés de 10 centimètres de longueur, dressés puis pendants pour le mâle et de 3 centimètres dressés pour la femelle.
Au Moyen Âge, on fouettait de ses rameaux les déments afin d'en chasser les mauvais esprits.
Son bois sert à faire de la pâte à papier. Par la carbonisation de celui-ci et de son écorce, on obtient un goudron pratique pour l'imprégnation des peaux et pour l'imperméabilisation des chaussures.

Charme commun.jpg

Charme commun (Carpinus betulus)
Cette espèce de croissance lente, atteint une hauteur de 15 à 20 mètres et peut vivre jusqu'à 150 ans. Il est également connu sous le nom de « faux bouleau ». Le tronc et les plus grosses branches sont parcourus de cannelures hélicoïdales. Son écorce présente des taches blanches. Ses feuilles caduques, d'une dizaine de centimètres, sont alternes, distiques, deux fois dentées, glabres et à nervures marquées. Ses fleurs sont en forme de chatons pendants. Les fleurs mâles et femelles se trouvent sur des chatons distincts, mais les deux sexes sont présents sur chaque plante. Les fleurs mâles sont réduites aux étamines. Elles sont au nombre de 10 à 20. Les fleurs femelles ont un pistil constitué d'un ovaire à deux loges surmontées de deux stigmates et sont munies d'un calice.
Le bois de charme est excellent pour le chauffage et l'on en fait des établis, des piquets, des traverses de chemin de fer, des panneaux agglomérés et des manches d'outils.

Châtaignier.jpg

Châteiginer (Castanea sativa)
Chez les Grecs, cet arbre majestueux pouvant atteindre 30 mètres de hauteur, était surnommé « gland de Zeus ». Son tronc rectiligne comprend une écorce fissurée en longueur et d’un coloris brun foncé. À l’automne ses feuilles caduqes et disposées une à une passent au jaune qui vire rapidement au marron. Elles restent sur l’arbre une partie de l’hiver.
La floraison n’intervient qu’au bout d’une vingtaine d’années donnant, en été, des fleurs mâles en chatons jaunes et des petites fleurs femelles à la base des chatons. Ses fruits comestibles sont logés dans une bogue épineuse.
Le bois du châtaignier est utilisé pour fabriquer des piquets, des parquets, des tonneaux, des panneaux de particules, de la pâte à papier et des meubles. Il était aussi utilisé autrefois pour la construction de charpente.

Chêne pédonculé.jpg

Chêne pédonculé (Quercus robur)
Cet arbre emblématique est relativement fragile pendant ses premières années de vie. Il a besoin de beaucoup d’eau et d’un environnement boisé pour se protéger des méfaits du soleil. Il peut atteindre jusqu’à 50 mètres de hauteur et vivre pendant plusieurs siècles. Il gagne d’autres espaces grâce à un oiseau, le geai, qui transporte ses fruits, les glands sur plusieurs kilomètres. Ses feuilles sont disposées en lobes. Les fleurs mâles et les fleurs femelles sont distinctes et sont pollinisées par les insectes durant la floraison qui a lieu d’avril à mai.
D’excellente qualité, son bois est utilisé en ébénisterie, menuiserie, tonnellerie et parqueterie. Il trouve également son usage dans la construction de charpente et dans le bois de chauffage. Pendant très longtemps, ses glands ont servi à nourrir les porcs.

Douglas.jpg

Douglas (Pseudotsuga menziesii)
Ce sapin porte également, selon les lieux, le nom de « pin d’Orégon » ou « douglas vert ». Il peut atteindre 50 mètres de hauteur. Ses branches sont étalées à la base et souvent redressées à leur extrémité. Son écorce est lisse, pustuleuse et se crevasse avec l'âge. Ses aiguilles persistantes mesurent 2 à 3 centimètres de longueur et présentent deux bandes blanches sur leur face inférieure. Ses feuilles ont une durée de vie d'environ cinq ans et dégagent une odeur de citronnelle quand on les froisse. Il possède des fleurs mâles globuleuses et jaunâtres et des fleurs femelles plus allongées, verdâtres et violacées. Ses cônes, de 8 centimètres de longueur, sont mûrs en octobre. Ils pendent et mesurent entre 6 et 10 centimètres, avec la particularité d'offrir la présence de bractées à trois pointes, saillantes et appliquées sur les écailles.
Son introduction en France date du 19e siècle et a été faite par un savant britannique, David Douglas.
C’est d’abord un arbre d’ornement mais son bois est aussi utilisé dans la construction, la menuiserie et pour une transformation en contreplaqué.

Épicéa.jpg

Épicéa (Picea abies)
L'épicéa peut atteindre 50 mètres de hauteur. Il en existe une cinquantaine d'espèces. Il ressemble au sapin, mais son tronc est roux et sa couleur est plus sombre que celle du sapin. Et, différence de taille, ses cônes sont pendants. À maturité, leurs écailles s'écartent et libèrent des graines. Les aiguilles de ce conifère sont, quant à elles, plus rondes et plus piquantes que celles du sapin. Elles font apparaître un minuscule pétiole qui reste sur la branche après leur chute.
Son bois sert à fabriquer des charpentes ou de la caisserie. L’épicéa sert généralement d’arbre de Noël.

Épicéa de Sitka.jpg

Épicéa de Sitka (Picea sitchensis)
Introduit en Europe au 19e siècle, il peut atteindre 50 mètres de hauteur. Cet épineux se caractérise par sa grande longévité et une croissance initiale très rapide. Le diamètre moyen de son tronc est de trois mètres, mais peut aller jusqu’à cinq mètres. Son aspect extérieur le distingue facilement de l’épicéa commun. Son écorce présente en surface des écailles irrégulières dont les bords se décollent. Ses aiguilles aplaties ont deux raies glauques sur la face intérieure. Pointues, elles mesurent 15 à 25 mm de long.  Elles sont disposées en brosse autour du rameau, qui lui donnent un aspect de goupillon. Les cônes, pendant, mesurent 5 à 11 cm de long pour 2 cm de large lorsqu’ils sont fermés et 3 cm une fois ouverts.
Son bois est utilisé en menuiserie et en papeterie, mais aussi pour faire la table d’harmonie de certains instruments de musique : piano, harpe, violon, guitare. On l’emploie également en archerie, pour la fabrication des flèches. Pour la construction des structures d’avions en bois, il fait office de référence.

Érable cycomore.jpg

Érable cycomore (Acer pseudoplatanus )
Appellé aussi « faux platane », « érable de montagne » et « érable blanc » il est le géant des érables et peut atteindre 35 mètres de hauteur et disposer d'un tronc de 1 à 2 mètres de diamètre. Sa croissance est spectaculaire au cours de ses jeunes années en s'élevant d'environ 10 mètres en 20 ans seulement. Il s'agit d'un arbre à tige élancée, dont de grosses branches obliques naissent à partir de son tronc. Son écorce est d'abord lisse et grise, puis gris rougeâtre et de plus en plus foncée avec l'âge. Ses feuilles caduques sont opposées, palmées avec cinq lobes pointus, à dents obtuses, à long pétiole, glabres et vert sombre à la face supérieure, vert glauque portant des poils sur les nervures à la face inférieure. Cette espèce ne fleurit seulement qu'à l'âge de 20 à 25 ans. Ses fleurs, de couleur vert jaune, disposent de cinq sépales soudés, de cinq pétales et de huit étamines dressées, groupées en panicules tombantes. Ses fruits, les samares, comprennent deux graines ailées formant presque un angle droit.
Son bois d'un brun crème à reflets satinés, est utilisé en ébénisterie.

Frêne commun ou Frêne élevé.jpg
Frêne commun1.jpg

Frêne commun (Fraxinus excelsior)
Également appelé « grand frêne » et « gaïac des Allemands », le port de cet arbre est élancé. Sa partie supérieure est ample, mais toujours assez claire alors qu'en forêt, il est étroit et allongé. Cette espèce présente des branches ascendantes, une cime irrégulière et un feuillage peu dense. Son écorce est lisse, gris pâle qui se fissure au bout d'une trentaine d'années. Ses feuilles caduques naissent de bourgeons noirs caractéristiques, que l'on voit bien en hiver. Elles sont opposées et composées, disposent de 7 à 13 folioles dentées et glabres. Le frêne commun fleurit au bout de 30 à 40 ans, donnant alors, de mars à mai des petites fleurs jaune verdâtre, groupées en panicules d'abord dressées puis pendantes, qui apparaissent avant les feuilles. Ces fleurs sont hermaphrodites. Ses fruits, les samares, sont plates et mesurent 5 centimètres. Elles sont pétiolées, groupées en touffes de 10 à 20 et restent sur l'arbre en hiver. Le bois du frêne, d'un blanc légèrement rosé, présente les mêmes qualités que le chêne, en étant toutefois moins résistant et moins durable.
Il trouve son utilité surtout en ébénisterie. Autrefois, on pensait que le frêne écartait les serpents et que son voisinage pouvait être bénéfique pour soigner les impuissants !
Voir également : Arbres

Hêtre.jpg

Hêtre (Fagus sylvatica)
Le hêtre est parfois nommé « foyard », « favinier » et « fouteau ». La partie supérieure de cet arbre est massive et branchue avec des rameaux poussant à l'horizontale. Son écorce est mince, lisse et gris clair. Ses feuilles mesurent 10 centimètres et sont alternes, pétiolées, ovales, à bords garnis de poils très fins et ondulés, parfois un peu crénelées. Sa floraison se produit en avril-mai, avec des fleurs mâles jaunes, sous forme de petits chatons pédonculés et à pilosité velue. Ses fleurs femelles, vertes et à court pédoncule, forment des groupes séparés. Ses fruits triangulaires, les faînes, ne s’ouvrent pas, sont à une seule graine et groupés par quatre dans une enveloppe ligneuse.
Autrefois, on extrayait une huile comestible des faînes. Ces dernières constituait aussi une source alimentaire pour les porcs.
Son bois a une grande valeur économique. D'une couleur blanc rosé, lourd, dur et homogène, il est excellent pour les travaux de menuiserie et d'ébénisterie. Il est aussi utilisé en bois de chauffage.

Noisetier.jpg

Noisetier (Corylus avellana)
Le noisetier est un arbrisseau touffu atteignant 4 à 5 m de hauteur. Il est très rustique, son bois est souple. Ses feuilles sont elliptiques, larges, aiguës, en forme de cœur. Les fleurs mâles apparaissent en chatons pendants à l'automne et fleurissent à partir du mois de janvier suivant. Les fleurs femelles se présentent de début février à la fin mars en glomérules à style rougeâtre et filiforme tout le long des rameaux de l'année précédente.
Son fruit, les noisettes, apparaît sur le bois de l'année précédente et comprend une graine logée au cœur d'un péricarpe ligneux entouré d’une enveloppe herbacée qui se détache à maturité. Il est destiné à la consommation courante lorsqu’il se détache de l’enveloppe et tombe au sol, en général à partir du mois d’août. Il peut être conservé pendant plusieurs mois après séchage.
La longévité des noisetiers atteint facilement 60 ans en culture intensive.

Orme des montagnes.jpg

Orme des montagnes (Ulmus glabra)
L'orme des montagnes, ou « orme blanc », est un arbre d'ornement de grande taille qui atteint 25 à 30 mètres de hauteur. Son tronc est droit et élancé, sa partie supériure est large et forme un dôme. Son écorce reste longtemps lisse et glabre, luisante, puis devient brunâtre et largement fissurée. Son feuillage caduque vert foncé mat est fait de grandes feuilles ovales, dentées, alternes, d'aspect rugueuses, qui deviennent jaunes à l'automne. La floraison printanière, en avril-mai, donne des fleurs brunâtres insignifiantes en glomérules qui s'ouvrent avant les feuilles. Il produit ensuite des samares qui deviennent brunâtres et mûrissent rapidement.
Son bois était autrefois utilisé traditionnellement comme charronnage et carrosserie, billots à fendre, socles d'enclumes, charpentes de clochers, menuiserie, ébénisterie, tabletterie, marqueterie, placages, tournerie, armurerie, articles de sport, chevilles, galoches, constructions hydrauliques, de bateaux, traverses de chemin de fer, charbon, nattes et cordages. Actuellement il est utilisé en ébénisterie, sièges, bois de décoration intérieure, parquets, escaliers, bois courbés, panneaux décoratifs par déroulage et tranchage, tournerie, lutherie, jouets, manches d'outils, fourneaux de pipes, objets de luxe.

Sapin grandissime.jpg

Sapin grandissime (Abies grandis)
Appelé également « sapin de Vancouver », « sapin géant », son bois est léger et tendre. Il peut atteindre une hauteur de 50 à 55 mètres. Son écorce est lisse et parsemée de vésicules résinifères à l’état jeune. Elle devient progressivement épaisse et écailleuse. Sa couleur est brun grisâtre avec des taches blanches à l’état jeune puis devient progressivement brun foncé avec des crêtes gris foncé. Ses aiguilles sont assez rigides, plus courtes à la face supérieure du rameau, nervurée sur la face supérieure, échancrées à la pointe. Elles sont étalées horizontalement à la manière d’un peigne, disposées en deux rangées distinctes et dégagent une odeur d’orange au froissement. Le dessus est vert foncé brillant et porte quelquefois des points blancs à l’extrémité, le dessous est marqué de plusieurs bandes de points blancs. Ses bourgeons largement ovoïdes sont résineux, mesurent 5 mm de longueur et sont de couleur pourpre ou brun bleuâtre. Ses rameaux, de couleur vert olive à brun orangé foncé, sont grêles et couverts d’un fin duvet. Ses cônes, d’une longueur de 5 à 12 cm, sont de couleur vert à violacé et comportent des écailles plus larges que longues.
Ce sapin est utilisé pour la production de pâte à papier et la fabrication de contreplaqué.

Saule marsault.jpg

Saule marsault (Salix caprea)
Ce saule atteint 5 à 10 mètres de hauteur et forme un buisson bien ramifié avec des branches assez souples, le plus souvent érigées et vigoureuses. Au printemps il offre une spectaculaire floraison. Avec l'âge, le tronc de cette espèce devient grisâtre et se fissure longitudinalement. Ses jeunes branches verdâtres portent des feuilles caduques alternes, de forme ovale et à extrémité pointue. Leur face supérieure ridée est vert sombre, tandis que son autre face est grisâtre et duveteuse. La base du pétiole de ces feuilles comprend souvent deux petits appendices de taille plus ou moins grande. Il possède des fleurs mâles et de fleurs femelles situées sur des sujets différents. Sa floraison a lieu sur des rameaux dénudés, en mars-avril. Ses chatons mâles, ovoïdes et de couleur grise, se décorent de nombreuses étamines jaunes. Ses chatons femelles, d'un vert grisâtre, se présentent sous forme de fourreaux soyeux et argentés où des fruits mûrissent.
Le bois du saule marsault est très tendre, avec un aubier blanc jaunâtre et un cœur rouge brun, mais on l'utilise peu. Son écorce, riche en tanin, sert à traiter le cuir.

Sources : Patrimoine du Morvan, ecotree.green, futura sciences, au jardin bio, aimfcrncan.gc.ca, jardin du pic vert, plantes.ca, jardin-secrets, forêt virtuelle.com.
Images : Pinterest, fleurs sauvages de l'Yonne, ©futura sciences, pépinières Naudet, plantes et nature, visoflora, jardin du pic vert, ecotree.green, therapeutesmagazine, jardin-secrets, forêt virtuelle.

Martine NOËL (discussion) 25 novembre 2020 à 09:24 (CET)