Arbres

De Wiki58
Frêne commun ou Frêne élevé.jpg

Le Frêne commun ou Frêne élevé (Fraxinus excelsior)
Les feuilles de cet arbre sont opposées et composées de 7 à 15 folioles pointues et dentées. Les bourgeons sont noirs.
Il est surtout fréquent dans les forêts qui poussent sur un sol frais et fertile. Son appareil racinaire fortement ramifié aide efficacement à la fixation des berges.
Son bois dur et élastique, convient parfaitement à la fabrication du matériel sportif, des remorques en bois et des meubles. Les Romains l'utilisaient pour la fabrication des lances.

Orme champêtre.jpg

L’Orme champêtre (Ulmus minor)
Ses feuilles sont dissymétriques à la base et dentées.
Il est fréquent dans les vallées et à proximité des cours d'eau car il recherche les terrains alluviaux (sols fertiles et humides).
Son bois dur est très apprécié pour ses propriétés mécaniques et décoratives. Il est surtout utilisé pour la fabrication des meubles.
Au cours des dernières décennies, les populations d'Ormes ont subi une nette régression du fait de la graphiose, maladie causée par un champignon. L'arbre atteint se dessèche depuis le sommet et finit par dépérir au bout de quelques années.

Orme lisse.jpg

L’Orme lisse (Ulmus laevis)
De la famille des Ulmaceae, l’Orme lisse se distingue de l’Orme champêtre grâce à ses fruits longuement pédonculés. C’est une espèce de demi-ombre qui apprécie les sols régulièrement inondés. Un système racinaire très puissant et des contreforts au pied des arbres âgés permettent de renforcer sa stabilité en terrain humide et meuble. L’urbanisation, l’agriculture, les aménagements des rives et l’asséchement des forêts alluviales ont fait régresser les populations d’Orme lisse. Elles se trouvent fragmentées, ce qui complique les échanges de pollen entre arbres reproducteurs.
Il peut atteindre jusqu’à 30 mètres de hauteur et sa floraison a lieu de mars à avril.

Peuplier noir.jpg

Le Peuplier noir (Populus nigra)
Les feuilles de cet arbre ont une forme de triangle. Il est l'arbre des larges bassins fluviaux et est fortement lié aux cours d’eau dynamiques car ses graines ont besoin de zones de sables nus et humides et des graviers pour germer. Il peut atteindre ainsi facilement les eaux souterraines. Il supporte bien les inondations de courte durée. Encore bien présent dans le lit de la Loire, il est en déclin le long des cours d’eau trop aménagés. Il est également menacé par son hybridation avec des peupliers cultivés et par l’abaissement de la nappe alluviale provoquant la déconnection du système racinaire. Le Peuplier noir fait l’objet d’un programme européen d’étude et de conservation de ses ressources génétiques mené par l’Institut National de Recherches Agronomique (INRA). La réserve naturelle est l’un des sites d’application choisis.
Sa hauteur atteint jusqu’à 30 m. Sa floraison s’étale de mars à avril.
Son bois tendre et poreux est utilisé, entre autres, pour la menuiserie et la fabrication de la pâte à papier.

Robinier faux-acacia.jpg

Le Robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia)
Originaire d’Amérique du nord, le Robinier faux-acacia a été introduit en Europe en 1601. Excellent combustible, permettant la production de miel, naturellement imputrescible et donc excellent bois d’ouvrage, il est aujourd’hui répandu dans le monde entier. Paradoxalement, il est très problématique pour les espaces naturels car il forme des peuplements denses où les plantes indigènes ont bien du mal à survivre. Appartenant à la famille des légumineuses, il enrichit et modifie profondément les sols maigres en fixant l’azote de l’air sur ses racines. Sa résistance à la sécheresse, sa croissance ultra-rapide, sa capacité de multiplication végétative importante (rejets de souche et drageons) et sa production abondante de graines rendent la lutte contre cet envahisseur très complexe.
Sa hauteur peut atteindre 30 m. Il est un exotique envahissant. Sa floraison s’étale de mai à juin.

Le Saule blanc (Salix alba)
Ses feuilles beaucoup plus longues que larges, sont couvertes de poils argentés sur leur face inférieure.
Il supporte très bien les inondations, même de longue durée. Il pousse essentiellement en plaine, le long des cours d'eau. Il est peu exigeant quant au sol, mais il lui faut, par contre, beaucoup de lumière. Sur les terrains inondés, il se reproduit facilement par marcottage (lorsque les rameaux touchent le sol, ils prennent racine).
Il a souvent été cultivé et traité en « têtard » pour obtenir de l'osier, utilisé en vannerie. L'écorce contient de la salicine qui donne de l'acide salicylique, un des composants de l'aspirine.

Sources : Réserve naturelle du val de Loire avec son aimable participation par la communication de visuels
Images : Wikipedia, futureforets.ie

Martine NOËL (discussion) 6 novembre 2019 à 13:25 (CET)