Anec-inc-Moussy

De Wiki58

Un "météore" met le feu à la grange en 1792 à Moussy

Remarques

quoique les campagnes aient paru peu interessantes pour ne point faire Mention des faits qui puissent y arriver durant le cours de l’année j’ai cru cependant ne point devoir omettre ceux qui se passeront de mon temps soit dans cette paroisse de Moussy soit dans les environs, afin d’instruire nos descendants des évènements heureux, et sinistres de notre temps.

I) cette année qui fut la troisième de la révolution française fut très abondante en grains mais moindre en vins qui cependant furent très bons et se conservèrent bien , étant toutefois chers.
2) La nuit du trente un juillet au 1er d’aout environ les dix onze heures du soir le temps étant calme et fort serein et chacun s’étant retiré chez soi pour se reposer des fatigues de la moisson ; le feu pris tout à coupà la grange du domaine de Mr martin bourgeois en ce lieu et y fit de tels progrès qu’il consuma en moins de six heures cette grange remplie de foins et grains, la maison du domaine y attenante ainsi qu’une autre petite grange appartenant aux Gallois qui y touchait aussi. enfin sans les secours prompte t multiplés qu’on apporta de toutes partsq d’autres maisons auussi situé dans le voisinage néammoins éloignées de la dite grange ainsi que la grange de réserve du dit Sr Martin auraient aussi brulés car la chaleur excessive de cette incendie ainsi que les étincelles portées ça et la semblaient menacer la paroisse d’une ruine totale, on évalue cette perte entre six à sept milles francs, il y eut en fait d’animaux qui périrent trois vaches dans la grange des Gallois # la rapidité du feu leur empêchant de pouvoir les sauver, on attribue la cause de cette incendie à un Météore ou petit globe de feu qui s’élévant dans les airs tomba comme la lueur d’une chandelle sur la grange du dit Sr Martin ou étaient couchés partie de ses domestiques qui heureusement réveillés par les cris publiques échapèrent encore à temps a cette incendie ou ils auraient infailliblement pèrits, ce que j’écrit est sur le témoignage de la paroisse car je n’en étais point encore le Curé, mais je suis témoins occulaire des ruines malheureuses qui en reste

# plusieurs brebis
huit cochons et quatre veaux dans celle du Sr Martin

Gaulon curé de Moussy

  • Extraits des registres paroissiaux année 1792.
  • Texte déposé par Michel Rouh.