Anec-déc-ce Noel la

De Wiki58
Révision datée du 6 janvier 2019 à 20:08 par Praynal (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Il devait faire bien froid ce Noël là !!!

Ce jourd’huy six nivôse l’an sept de la république française à deux heures après midi, par devant moy Jean Baptiste Garcin, officier public de la commune de Bulcy, élu pour recevoir les actes destinés à constater le décès des citoyens, sont comparus, François Piget, laboureur âgé de trente-cinq ans et Simon Guyon, maneuvre, âgé de quarente trois ans, tous les eux domiciliés en cette commune. Lesquels m’ont déclaré que par procès verbal du juge de paix du canton de Pouilly extra muros, daté d’hier cinq du présent mois de nivôse signé Guillerault, juge de paix, Boizot, greffier, scellé les dits jour et an, enregistré ce jourd’huy six nivôse, signé Bonneville. Ils étoient chargés de me déclarer à moy Jean Baptiste Garcin la mort de Pierre POULET, âgé de trente-huit ans, dont le cadavre qui a été trouvé sur le chemin de Mesve à Bulcy et visité par le citoyen Claude Bertrand, officier de santé requis par le dit citoyen Guillerault, juge de paix. Lequel après visite faite sur le cadavre du dit Poulet a déclaré ne connoitre d’autre cause de sa mort, que l’hypothèse qui luy a fait faire plusieurs chutes, laquelle hypothèse l’ayant mis hors d’état de se relever, le froid l’a fait conséquemment gelé et a signé Bertrand. Lequel cadavre a été laissé en leur possession par le susdit procès verbal, qu’ils ont de suite transporté dans son domicile. D’après cette déclaration, je me suis sur le champ transporté au dit domicile, je me suis assuré du décès du dit Poulet, après aussi que j’ay en pris connoissance du dit procès verbal et du rapport du dit BERTRAND, officier de santé, ci contenu et en avoir exigé une copié. J’en ay dressé le présent acte que les dits François Piget et Simon Guyon n’ont pas signé, ayant déclaré de le scavoir de ce interpellés et requis.

Garcin


Texte transcrit par Annik Rochereau