Accidents de la route

De Wiki58
Révision datée du 22 mai 2021 à 15:27 par Mnoel (discussion | contributions) (1903 - Percutés par une voiture)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

1865 - Foudroyés

Entre Decize et Nevers, le messager Pierre Allégret transporte un chargement de deux tonnes de bouteilles. Il prend un passager, Jean Etaix, chimiste à Trémeux (Loire). La foudre s'abat sur la voiture avec une telle force qu'elle la soulève et la jette au fossé. Le sieur Etaix est tué sur le coup et le conducteur Allégret est grièvement blessé.

  • Le Journal de la Nièvre, 18 juillet 1865.

1892 - Chevaux en folie

La circulation des voitures à cheval est souvent dangereuse. Régulièrement, des chevaux échappent à leurs conducteurs, s'emballent et provoquent des accidents. Une voiture, conduite à grande allure par le nommé R... renverse un enfant du faubourg d'Allier à Decize. Une roue de la voiture lui est passée sur la tête et la jambe. M. Sanglé-Ferrière, médecin-major au 13e R.I. soigne le petit blessé ; il juge que les blessures ne sont pas mortelles.

Un autre enfant de cinq ans est renversé sur le pont de Saint-Privé. Des militaires du 56e de ligne, en garnison à Decize, le relèvent et le conduisent chez le docteur Dezautières.

  • Le Journal de la Nièvre, 6 mai 1892.

1903 - Accident de bicyclette

Samedi dernier, 16 mai, vers six heures du soir, le nommé Boisson, âgé de 19 ans, domestique chez M. Deschez, propriétaire à Bouhy, venait des Bouillons à bicyclette et marchait à une grande vitesse, lorsqu'en arrivant à un tournant des premières maisons de Saint-Verain, il lâcha les pédales et, n'étant plus maître de sa machine il vint s'abattre contre un mur.
Relevé sans connaissance par des personnes présentes au moment de l'accident et transporté chez M. Roblin, facteur rural, il ne revint à lui qu'au bout de vingt minutes.
On a alors constaté qu'il avait l'arcade sourcilière gauche fracturée et des plaies et contusions aux mains, à la figure et aux jambes.
M. le docteur Dessois, appelé, a donné ses soins au blessé dont la vie ne paraît pas en danger.

  • Le Courrier de la Nièvre du 31/05/1903

1903 - Délit de fuite

En passant à Chateauneuf Val de Bargis, une automobile portant le n° 232 a culbuté une vache qui a eu une patte brisée et que l'on a dû abattre.
L'auteur de l'accident au lieu de s'arrêter n'a fait que continuer sa route de plus belle.

  • Le Courrier de la Nièvre du 07/06/1903

1903 - Accident de vélo

Mercredi dernier, M. Auguste Patureau-Bourdier, de Saint-Révérien, est tombé de bicyclette et s'est cassé l'épaule gauche.
Il a reçu les soins de M. le docteur Regnault, de Brinon, qui a opéré la réduction de la fracture.

  • Le Courrier de la Nièvre du 13/09/1903

1903 - Percutés par une voiture

Lundi dernier, vers trois heures et demie du soir, sur la route Nationale n° 7, à 1.500 mètres du bourg de Mesves, M. Pierre Guédon, âgé de 38 ans, cultivateur à Mesves, a été blessé assez grièvement par une automobile appartenant à M. Paul Colombier, âgé de 21 ans, demeurant chez son père, banquier à Vichy (Allier).

  • Le Courrier de la Nièvre du 20/09/1903

Lundi dernier, M. Jules Roux, facteur des postes à Entrains, a été renversé et contusionné par une voiture dont le cheval s'était emballé au passage d'une automobile. Le conducteur de l'automobile, auteur involontaire de cet accident, n'a pas daigné se faire connaître.

  • Le Courrier de la Nièvre du 27/09/1903

1903 - Ecrasée par sa voiture

Samedi soir, vers sept heures, Mme Drap, âgée de quarante-huit ans, ménagère à Gardefort, commune de Neuvy-sur-Loire, a été écrasée par sa voiture, sur le chemin de grande communication n° 41, près de Neuvy.

  • Le Courrier de la Nièvre du 02/08/1903

1904 - Accident de voiture

Dimanche dernier, vers huit heures du matin, M. Théophile Gresle, fermier à Chanteloup, commune de Dompierre-sur-Héry, se rendait en voiture avec sa femme à la fête patronale de Challement.
A Héry, une des roues de la voiture quitta l'essieu et le véhicule versa.
Le cheval s'emballa, mais les harnais s'étant heureusement détachés, l'animal n'entraîna pas la voiture.
Il fut arrêté cinq cents mètres plus loin.
Dans leur chute, M. et Mme Gresle se sont fait des contusions ; tous deux se plaignent de douleurs internes et Mme Gresle a de plus une côte enfoncée.

  • Le Courrier de la Nièvre du 09/10/1904

1907 - Un enfant tué par une automobile

A Saint-Léger-des-Vignes, le petit Baptiste Lafaye, 3 ans 1/2, fils d'un mineur de plâtre, a été renversé par une automobile alors qu'il traversait la route pour retrouver sa mère au bord du canal. Il a été tué sur le coup. Le véhicule roulait à plus de 40 km/h, une vitesse excessive dans la traversée d'une agglomération (Journal de la Nièvre, 14 août). Le conducteur, un Parisien qui revenait de Saint-Honoré-les-Bains, était effondré ; il a proposé de payer une indemnité aux parents.
Le tribunal correctionnel de Nevers, considérant qu'il y avait eu homicide par imprudence, a condamné le conducteur Maurice Nénon, 23 ans, à 15 jours de prison avec sursis et à 200 F d'amende, et le propriétaire, M. Jean-Louis Fleury, à un mois de prison avec sursis et à 200 F d'amende. M. Fleury a fait appel et il a été acquitté.

  • Journal de la Nièvre, 29 décembre 1907.

1924 - Accident de voiture à Ouroux

Dimanche dernier, vers midi, M. Gallois, propriétaire au Plessis, commune d'Ouroux, retournait chez lui en voiture à âne.
Avaient pris place à ses côtés : sa femme, Henriette Malcoiffe, et Mlles Febvre et Renault. A peine avaient-ils quitté le bourg, M. Gallois, trouvant l'allure trop vive, se pencha pour serrer le frein, mais tomba si malheureusement en avant de sa voiture que la roue lui passa sur le corps, faisant culbuter voiture et occupantes. Toutes ont été relevées sérieusement contusionnées. M. Gallois a eu une côte enfoncée par la roue de sa voiture et se plaint de vives douleurs internes qui, néanmoins, ne mettent pas ses jours en danger.

  • L'Aurore du Centre, 8 février 1924. Relevé par Pierre Volut.

Notes et références

Notes


References