Flottage du bois

De Wiki58

L'office national des forêts gère une grande partie du domaine forestier.
Pendant des siècles, le Morvan a été la réserve de bois de Paris. La capitale n'est guère à 225 kms d'ici, et son besoin en bois de chauffage est énorme dès le 16e siècle.
'Au 16e, de grands propriétaires de forêts en Morvan, qui habitaient Paris, ont pensé à faire la liaison : Morvan, zone de production, Paris, zone de consommation. Si on exploite le bois du Morvan et qu'on réussi à le transporter jusqu'à Paris, on fournira le bois énergie à la capitale.
C'est ainsi qu'a commencé l'histoire du flottage.'

Transporter le bois jusqu'à Paris, tel est l'enjeu. Et pour se faire, on utilise les voies des cours d'eau.
On y jette ainsi les troncs coupés pour que le courant les emportent. C'est cela le flottage.
'On attendait la fin de l'hiver pour ouvrir toutes les vannes de tous les étangs qui faisaient un grand flot emmenait tous ces bois jusqu'à Clamecy sur l'Yonne et à la fin de l'été, on formait les trains de bois. C'était deux hommes qui emmenaient, depuis Clamecy jusqu'à Paris, en quinze à vingt jours environs, jusqu'au quai de Bercy. Ensuite les hommes remontaient à pied en quatre/cinq jours et ils recommençaient.' Allain Deslandes, responsable unité territoriale ONF

L'or vert du Morvan. Aujourd'hui encore, une grande part de la population vit du bois et de l'activité forestière.

05 flottage.gif
06 flottage.gif

Il y a des bucherons, des débardeurs, des scieurs. On a gardé la vocation depuis... François 1er, et même avant.
Voilà à quoi ressemblaient ces trains de bois. Des radeaux de 30 mètres, reconstitué ici par l'association Flotte Escale. Ces embarcations mettaient donc 2 semaines pour regagner Paris depuis Clamecy. Les huttes permettaient aux flotteurs (convoyeurs) de se reposer ou de s'abriter pendant leur voyage. C'est aujourd'hui l'occasion pour ces jeunes de découvrir l'épopée du bois du Morvan.
L'association envisage de faire le voyage vers Paris, pour rappeler que le bois était aussi vital que la farine. A l'époque de la révolution et même sous Napoléon, l'alimentation en bois qui était le seul combustible, était aussi important que les céréales pour faire du pain. Si vous n'aviez pas de bois, vous n'aviez pas de chauffage, pas de fours de boulangers, de forgerons, etc. La livraison en bois était vitale.


Informations et images tirées du reportage Des racines et des ailes - 2013